Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Libertaire Bisontin

Le Libertaire Bisontin

Journal d'un anarchiste.

L'opération d'Afrin est une violation du droit international

La communauté internationale doit se bouger et prendre des mesures contre la folie d'Erdogan. Eux qui étaient si prompt à aller faire de l'ingérence dans les affaires du Boucher-Al-Assad, ne compte pas lever le petit doigt. Ils ne le feront que si nous nous mobilisons massivement, dans le monde entier, devant les ambassades, lieux de pouvoirs, siège de l'ONU...

Voici un article que j'ai traduis, il a été publié par " L'Association internationale des avocats démocrates (AIDD)  " qui est une ONG.

L'Association Internationale des Juristes Démocrates (IADL), une organisation non gouvernementale d'avocats spécialisés dans les droits de l'homme dans le monde et accréditée par l'ECOSOC depuis 1969, a dénoncé l'invasion d'Afrin dans le nord de la Syrie comme une violation flagrante des divers principes du droit international. et un acte d'agression pour lequel Erdogan et d'autres fonctionnaires de l'État devraient être tenus pénalement responsables.

Interdiction de l'usage de la force

L'IADL a déclaré que «Operation Olive Branch» constitue une violation de l'interdiction de l'usage de la force, une interdiction générale consacrée par l'article 2 (4) de la Charte des Nations Unies et reconnue comme une norme impérative du droit international.

Aucune exception en vertu de l'article 51

"Le but déclaré d'Erdogan est d'attaquer les groupes pro-kurdes et" étouffer "une" armée terroriste "dans le nord de la Syrie" avant sa naissance ". Cet acte préventif ne peut être justifié en tant que légitime défense en vertu de l'article 51 de la Charte, le droit international coutumier ne reconnaissant que la légitime défense anticipée lorsqu'une attaque est imminente. Il convient également de noter que la Syrie a dénoncé cette attaque, excluant à nouveau la possibilité que la Turquie justifie son acte en tant que forme de légitime défense collective. "

Aucune exception au titre du chapitre VII

"En outre, l'invocation des résolutions 1624, 2170 et 2178 du Conseil de sécurité ne peut justifier l'usage de la force par la Turquie car elle n'autorise pas l'usage de la force dans les circonstances actuelles contre les groupes kurdes opérant dans le nord de la Syrie . L'EIIL et ses affiliés ne sont plus présents dans la zone. "

L'AIDD a donc appelé la Turquie à cesser son invasion du nord de la Syrie, car elle constitue une violation grave de l'interdiction de l'usage de la force.

Agression

L'AIDD a souligné que l'invasion de la Syrie du Nord par la Turquie est un acte d'agression tel que défini à l'article 1 et 3 (1) de l'annexe de la résolution 3314 (XXIX) de l'AGNU. L'invasion est également un crime relevant de la compétence de la Cour pénale internationale.

Bien que la Turquie ne soit pas signataire du Statut de Rome, l'activation de la compétence de la Cour pénale internationale en décembre 2017 sur le crime d'agression permet au Conseil de sécurité de soumettre une situation à une enquête du Procureur en vertu de l'article 13 du Statut.

L'AIDD a donc demandé au Conseil de sécurité de saisir immédiatement le Bureau du Procureur de toute urgence.

Erga Omnes Obligation

Un acte d'agression constitue la violation d'une obligation d'Erga Omnes et engage par conséquent les intérêts légaux de tous les États. Selon l'avis consultatif 2004 de la CIJ sur le mur israélien, tous les États ont l'obligation de ne pas reconnaître la situation illégale résultant des violations des obligations d'Erga Omnes. En outre, ils sont également tenus de ne pas apporter d'aide ou d'assistance pour maintenir la situation créée par la violation.

L'IADL a par conséquent appelé les États membres de l'ONU à dénoncer les actes illégaux de l'Etat turc en envahissant la Syrie et à invoquer la responsabilité internationale de la Turquie pour avoir commis les fautes internationales susmentionnées.

Répression de la population turque

L'IADL a cité des reportages qui ont circulé en Turquie sur l'arrestation et la détention de ceux qui s'opposaient pacifiquement à «Operation Olive Branch», à la fois pour avoir assisté à des conférences de presse et affiché leur dissidence sur les réseaux sociaux.

L'IADL a dénoncé ces violations flagrantes du droit à la liberté de réunion et d'expression, protégées par la ratification par la Turquie du PIDCP et de la CEDH, et a appelé la communauté internationale à faire de même.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article