Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Libertaire Bisontin

Le Libertaire Bisontin

Journal d'un anarchiste.

Musique-Rap : Entretien avec Mohamed de D.S.Y. - Artiste local

Cliché pris à mon domicile - Mohamed - D.S.Y.

De temps à autre, il m'arrive de faire la promotion d'un artiste local, d'un groupe, d'un type d'art ou de toute autre chose qui me plaît. J'ai toujours voulu que mon travail ne concerne pas que le militantisme, car avant d'être un militant je suis surtout un être humain, comme vous. Je ne fais pas que me battre contre l'injustice et pour l'établissement d'un monde meilleur, j'ai aussi des passions, des rêves, j'aime lire frénétiquement, j'aime rencontrer des personnes au fil de sorties, de mon inspiration du moment... C'est justement lors d'une de ces sorties que j'ai croisé sur ma route Mohamed, un jeune rappeur bisontin de 18 ans. C'est de lui dont je vais parler ici.

 
Alors que je traînais en ville à l'occasion de la (non) fête de la zic, j'abordais des personnes au gré des rencontres, comme à mon habitude ; à un moment je suis resté sur une place avec plusieurs groupes de gens, c'est là que Mohamed nous a abordé. Il était venu discuter avec toutes les personnes présentes ce soir dans la rue de son travail artistique, il nous a fait écouter un morceau, j'avoue ne pas avoir entendu grand chose à cause du brouhaha ambiant mais le peu que j'entendais me plaisait. De plus, j'ai remarqué que Mohamed parlait de ce qu'il fait avec une telle passion ; c'est exceptionnel ! De nature très curieux,  j'ai tout de suite été intrigué par ce personnage ultra charismatique, je l'ai donc abordé à mon tour, il m'a dit m'avoir connu dans un contexte professionnel et effectivement on s'était déjà croisé ; le monde est décidément tout petit...
 
Nous avons discuté pendant un petit moment et je lui ai proposé qu'on se revoit hors soirée pour qu'il me fasse écouter ce qu'il fait, il a tout de suite accepté. Nous nous sommes revu le lendemain même à mon domicile avec son ami d'enfance et son manager. J'étais un peu déstabilisé et aussi sceptique, car je connais quelques rappeurs qui présentent bien, ont un beau discours, mais alors la musique, aïe aïe aïe...  
 
Mohamed avec ses amis qui sont ses plus grands soutiens.
C'est parti, il me fait écouter un premier morceau : "Tu vas - Tu viens", ce n'est pas son dernier mais il l'a écrit il y a quelques semaines. Je suis littéralement resté sans voix, au delà du texte il y a une véritable recherche artistique dans la mise en scène du clip. C'est violent, percutant mais en même temps réaliste, Mohamed ne s'invente pas une pseudo vie de rappeur gangster, il se contente de raconter des moments de sa vie et c'est cela qui donne tout son sens à ses textes. C'est d'ailleurs pour cela qu'il m'a ensuite fait écouter "Tu croyais quoi", un morceau plus véner dans le texte écrit après que Mohamed se soit clashé avec un rappeur des environs de Besançon, "un petit fils à papa qui peut se payer une prod à 300€ pour vomir du rap gangsta alors que le mec vit à la campagne, que connaît il de la réalité de nos quartiers ?"  "Du rap fictif" pour citer le grand Kery James.
 
Mohamed m'a aussi fait écouter le morceau qui enregistre le plus de vues actuellement "Callé - Carré", 7000 vues sur Youtube, ce n'est pas mon préféré et étrangement Mohamed non plus ne l'aime pas trop, "il est claqué" me confie t'il en se marrant.
 
Pour Mohamed le rap est avant tout "un moyen d'expression", de s'amuser, "je fais ça sans me prendre la tête", même si je l'ai vu de mes yeux aider une autre personne pour ses textes, c'est quelqu'un pour qui la solidarité n'est pas un vain mot, il la pratique au quotidien. Mohamed, aux dires de ses proches, c'est celui qui quand il n'était qu'un minot, qu'il était en galère avec sa famille, comme nombres de personnes dans les quartiers comme Planoise,  n'hésitait pas à donner sa part de repas à ses petits frères, c'est celui qui porte les courses de la daronne de l'immeuble sans attendre quoi que ce soit en retour et avec le sourire.
 
Alors, attention, ce n'est pas un ange non plus, mais qui en est un ? Et qui nous demande d'en être un·e ? L'être humain est ainsi fait : perfectible, son destin est de toujours viser à s'améliorer, même si c'est vrai, beaucoup s'égarent en route...

Néanmoins, Mohamed, malgré la précarité de son enfance n'a jamais choisi la voie de la délinquance, il n'a jamais participé au trafic de stupéfiants. Mohamed a toujours choisi "la débrouille plutôt que les embrouilles" et je pense personnellement que c'est ce qui l'a aidé à garder pieds en ce monde. A l'âge de 11 ans, il faisait de la trottinette à haut niveau, il avait même des sponsors avec lesquels il ne veut plus avoir à faire aujourd'hui car ils se sont quitté en mauvais terme, Mohamed ne souhaite pas s'exprimer la dessus...

Il récupérait des pièces de trottinette qu'il revendait, il les réparait pour les autres contre un peu de bif, "jusqu'au jour où je suis tombé et que je me suis déplacé 4 vertèbres, je me suis dit qu'il était temps d'arrêter. Depuis un petit moment déjà j'écoutais de la musique, j'en avais marre de toujours écouter les autres, je me suis dit pourquoi je ne ferais pas ma propre musique et je me suis lancé."

A l'âge de 11 ans, Mohamed a vécu un épisode douloureux de plus, il a dû faire face au décès d'un être cher pour lui, son cousin âgé de 8 ans. Mohamed a traversé une période particulièrement difficile à ce moment crucial de la fin de son enfance, il s'est fourvoyé dans la voie de l'ultra-violence pendant un temps bref, aveuglé par son chagrin et la violence de sa propre vie il n'hésitait pas à s'en prendre physiquement aux personnes qui lui causaient du tort et laissez moi vous dire qu'il est costaud le gaillard. laugh 

Mais comme je l'ai dit, cette phase n'a pas duré et pour en avoir beaucoup parlé avec Mohamed ça fait parti de la partie sombre de son personnage du passé. "Y'a des choses que j'ai fait à ce moment là et que je regrette, aujourd'hui je ne suis plus le même. Tu ne peux pas toujours t'apitoyer sur ton passé, il faut avancer dans la vie et le seul moyen c'est de ne pas répéter ses fautes et de regarder vers l'avenir."

Je terminerai en disant que Mohamed est un personne prometteuse sur de nombreux plans, qu'il est très sympathique et ouvert d'esprit ; à la base je devais le voir une ou deux fois pour l'aider à écrire ce texte que nous avons fait ensemble, finalement nous nous sommes retrouvés plusieurs jours de suite et je dois dire que ça m'a fait du bien, il dégage une telle énergie positive, il a une telle soif de s'en sortir que ça booste également mes énergies.

Je le vois bien dans le cinéma, il a des talents cachés et une imagination débordante. Sa route sera encore longue mais ça tombe bien il a toute la vie devant lui, il n'a même pas l'âge merveilleux qui est 20 ans, c'est pour dire ! Je lui souhaite en tout cas tout le meilleur, je lui ai déjà dit mais c'est la plus belle rencontre que j'ai fait cette année jusqu'à présent. Si parmi vous tou·te·s qui me lisez vous connaissez des personnes dans la musique, dans le cinéma, la photo... qui peuvent aider Mohamed à démarrer sa carrière de manière professionnelle, n'hésitez pas à me contacter.

Sa chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UC5Or6NZuNWpGpWBPUIYD5CA

Son Instagram : https://www.instagram.com/dsy.officiel/?hl=fr

Son Facebook : (en construction)

______

Quelques images que j'ai prise du lieu de tournage de son dernier clip, dans ce lieu historique qui est le site de l'ancienne célèbre usine Rhodia, vestige du passé glorieux de Besançon ; tout un symbole !

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article